Portrait de " Grand Corps Malade "

Publié le par Isabelle

Un nom hors norme, pour un garçon qui l’est tout autant. Trois mots qui synthétisent tout l’art de ce poète du bitume. Trois mots qui interpellent, comme ce personnage à trois pattes. Grand Corps Malade. Puissance, fragilité, et beaucoup d’humanité. « Solide comme de la brique, fragile comme du cristal » vous dirait Fabien.
Désespérément positif, et d’une sincérité troublante, Grand Corps Malade met des mots sur ses maux, avec la voix profonde et envoûtante d’un griot africain. En faisant ainsi défiler la bande-son de sa vie, il transforme chaque expérience personnelle en vérité universelle.

Il n'a pas l'habitude de tricher et explique : " Le slam, c'est le partage de la parole et de lascène dans une ambiance conviviale. Là, j'assume pleinement de faire un solo et qu'il n'y ait que mon nom sur l'affiche, mais je vais quand même essayer de partager ce moment avec d'autres slammeurs."
Le dyonisien de 28 ans sous-entend que dans les grandes salles où il viendra défendre l'album Midi 20, il pourrait bien y avoir " deux ou trois attentats verbaux"... Histoire de faire découvrir à ceux qui ne les connaissent pas les fondamentaux decette poésie scandée a capella devant un public invité à réagir.
Armé de sa béquille, indispensable pour soutennir un corps meurtri par un accident, Fabien n'a jamais vraiment appréhendé de réciter ses textes, très autobiographiques, sur scène.

Voyage introspectif à l’optimisme sans borne, voilà un disque qui, espérons-le, pourrait ouvrir les cœurs en grand, et des portes au slam. Après tout, « Le Monde appartient à ceux qui rêvent trop… »

Il sera au bataclan du 3 au 14 Octobre 2006.


Publié dans Musique

Commenter cet article

laurent 05/06/2006 11:17

je l'ai découvert à l'occasion d'une émission sur Canal +, un peu "space" comme style, un peu noir parfois, mais sa voix sonne terrible ...
Notament a découvrir : les voyages en train...j'ai oublié...