Eric CANTONA ... le retour sur les écrans

Publié le par Lili407

On accuse parfois les footballeurs d'être des comédiens. Visiblement, ils se sont pris au jeu.
Après Diego Maradona, présent l'an dernier aux côtés d'Emir Kusturica, c'est cette année au tour d'une autre ancienne star du foot, Eric Cantona, de monter les marches du Festival.
Eric "The King" s'est en effet vu confier l'un des deux rôles principaux de 'Looking for Eric', le nouveau film de Ken Loach.
Son rang, en Angleterre, est celui d'un demi-dieu. Et depuis vingt ans, l'air de rien, il reste en haut de l'affiche, quand tant d'autres anciennes stars du foot se sont retrouvées, un jour, vendeurs de piscines ou, pire, consultant sur Eurosport. Qu'as-tu, Canto, de si spécial ?

En 2001, Eric Cantona a été élu "joueur du siècle" par les supporters de Manchester United. Mieux, un sondage réalisé quatre ans plus tard l'a placé en tête du classement des meilleurs joueurs de l'histoire du championnat anglais !
C'est moins le jeu du natif de Marseille que ses à-côtés qui justifient un tel culte."Quand les mouettes suivent un chalutier, c'est qu'elles pensent qu'on va leur jeter des sardines"), pouvait sauver le foot du conformisme. Ou que frapper un spectateur n'est pas le fait d'un idiot, mais d'un génie en souffrance. Alors non, Cantona n'est pas le plus grand joueur de tous les temps. Mais il savait se mettre en scène. En somme, crampons aux pieds, il était déjà acteur.

Le g
énie de Cantona tenait en quelques points : il relevait le col de son maillot et fêtait ses buts avec détachement, quand les autres joueurs se roulent par terre. Cela s'appelle le romantisme : croire que Canto, avec ses kilos en trop et ses citations improbables (

Son franc-parler tapageur, son art de la réplique sibylline et d'honnêtes ambitions artistiques ("Je suis peintre", comme lui faisaient dire les Guignols) auront suffi à lui donner l'aura d'un marginal.


 Dans 'Looking for Eric', Canto joue son propre rôle. On va enfin savoir s'il est un grand acteur.


Publié dans Cinéma

Commenter cet article