Skippers D'islande : le retour vers Paimpol !!

Publié le par Isabelle

Ligne d’arrivée devant Loguivy de la Mer vers le 21 Juillet 2006.
Coefficient : 1,2

L’Etoile est arrivée hier soir en Islande, la jetée était noire de monde, les appareils photos crépitaient, les enfants ont entonné des chansons, tout en se coiffant des bachis des marins. Les habitants de Grundarfjordur et les équipages se sont rendus ensuite sur le lieu de mémoire de l’armateur paimpolais Allénou pour une très émouvante cérémonie de pose de la croix ramenée de Paimpol par l’Etoile.


Arrivée de l’Etoile à Grundarfjordur

Grundarfjordur va perdre aujourd’hui une partie de sa population. L’intégration des équipages est telle que chacun ici a l’impression que c’est un membre de sa famille qui reprend la mer.


Le port de pêche à Grundarfjordur

Mio Palmo avait disputé les deux précédents éditions de la course, cette année un programme différent l’attendait. En route vers le Groenland, Jean et Yolande ont rejoint la flotte à Reykjavik, pour le plus grand bonheur de tous : en effet, Mio Palmo fait figure de véritable assistance pour les régatiers : bidouillages de matériels, tuyaux, plongée, remorquage et aujourd’hui, assistance pour les solitaires au départ…Sans parler de leur convivialité qui devient légendaire dans les pays du Nord.

Au briefing ce matin, le comité de course annonçait la couleur : « Vous allez partir dans un vent de Nord-nord-ouest de 15 noeuds molissant dans la nuit, alors vous trouverez une zone perturbée, une phase de transition sans beaucoup de vent. Un flux modéré de Sud s’installera dans les 48 heures sur l’Ouest et le Sud Islande, vous trouverez ensuite une grosse bulle anticyclonique ».

Les commentaires vont bon train, les équipiers prennent soin des six skippers qui reviendront en solitaire à Paimpol pour la qualification à la Route du Rhum: Servane Escoffier en 50 pieds (Vedettes de Bréhat-Cap Marine) et en Class 40 Lionel Régnier (40.000 Sabords-FNAIM Pays de Loire), Jean-Edouard Criquioche (Cinémas Cinefil.com), Jean-Pierre Amblard (Azawakh 3), Pierre-Yves Chatelin (Destination Calais) et Yves Ecarlat (Nouvelle Calédonie). Chacun procède aux multiples réglages, à l’image de Jacques Fournier (voir récit ci-dessous), l’entraide est une des caractéristiques notables sur Skippers d’Islande : Les équipages qui disposent d’informations météo précises et d’ordinateurs n’ont de cesse de communiquer ces informations à ceux qui n’ont pas cette chance, comme la très apprécié de tous Maria Van Lierde, à bord de son X402 Xosa.

Benjamen Corbel (Euronav) s’est quant à lui réveillé avec une inquiétude de taille. Son ordinateur est tombé en panne lors de la première étape, un nouveau doit le remplacer mais celui-ci est encore à Reykjavik, à trois heures de route. Tout devrait cependant rentrer dans l’ordre avant le départ.

Gwenc’hlan Catherine (Tchuda Popka), le vainqueur de la première étape en Class 40, déjà qualifié pour la Route du Rhum, repartira en équipage. Il semble avoir un ordinateur au bout des doigts, il ne le quitte plus.

Cette ultime étape, d’un coefficient de 1,2, revêt pour les concurrents une importance capitale.

Publié dans Sport

Commenter cet article