Les Rolling Stones en concert en France !

Publié le par Isabelle

Les légendaires Rolling Stones, autoproclamés depuis 1965 "plus grand groupe de rock du monde", devraient remplir le Stade de France à Paris (80.000 places) vendredi soir pour la suite de la partie européenne de leur gigantesque tournée "A bigger bang tour".

Comme en 1998, les Stones retrouvent le Stade de France, pour 80 à 150 euros la place, après avoir failli rater ce rendez-vous avec leur public français, qui pourra aussi les voir à Nice le 8 août.

Attendus les 2 juin et 3 juillet à Saint-Denis, ils ont finalement fusionné les deux concerts en une seule date dans le grand chambardement de leur tournée dû à l'hospitalisation de Keith Richards, 62 ans, blessé à la tête aux îles Fidji en avril.

"Je préfèrerais mourir plutôt que de chanter +Satisfaction+ à 40 ans", avait dit Mick Jagger. A 63 ans - depuis mercredi - il la chante encore devant des milliers de fans de tous les âges qui n'attendent que ça.

Pesant 249 ans à eux quatre, les Rolling Stones méritent le titre de plus ancien groupe de rock du monde. Le batteur Charlie Watts a 65 ans et le second guitariste, Ron Wood - qui a succédé en 1974 à Mick Taylor, lui même remplaçant de Brian Jones, retrouvé mort dans sa piscine à 27 ans en 1969 - en a 59.

Symboles des sixties, revenus de toutes les drogues - le "Pirate" Keith assure qu'il n'a jamais eu de problème avec la drogue, seulement avec la police -, les Stones compilent les surnoms désobligeants comme les "Papys du rock" ou les "Rois du marketing", pour la puissance financière d'une nouvelle tournée mondiale, la 31e de leur carrière.

Mais ils déploient toujours une énergie diabolique sur scène et voilà 40 ans qu'ils remplissent les stades et les salles de concert d'Europe et des Amériques.

Depuis le 21 août 2005 à Boston (Etats-Unis) et le début de cette nouvelle tournée des superlatifs et des stades, 4,5 millions de personnes ont applaudi "Sympathy for the devil", "Jumpin' Jack flash" ou d'autres morceaux gravés dans la mémoire collective - les Stones ne chantent jamais plus de trois chansons de leur nouvel album, "A bigger bang".

Les quatre Rolling Stones et leurs musiciens ont notamment joué aux Etats-Unis, au Canada, au Brésil, en Argentine, au Japon, et, pour la première fois, en Chine.


En février, ils ont donné un concert gratuit sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro devant plus d'un million de personnes.

A Shanghaï, les Stones ont plié sous le joug de la censure - qu'ils ont néanmoins moquée en conférence de presse - et ont accepté de ne pas chanter cinq morceaux de leur répertoire, notamment "Honky tonk woman", une histoire de bordel, et "Brown sugar", ode à la résine de cannabis.

Les survivants des sixties ont eu d'autres démêlés avec la censure au Superbowl, la finale du Championnat de football américain, où les organisateurs, en accord avec les Stones, ont coupé quelques secondes le micro de Mick Jagger quand il disait "come" (jouir) et "cock" (phallus).

"Complètement ridicule", avaient tranché Jagger et Richards, les "Glitter twins" (jumeaux scintillants).

Mais au Stade de France, les Stones peuvent chanter ce qu'ils veulent. "Let's spend the night together".

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article