Le soldat Rose

Publié le par Isabelle

«Le Soldat rose»,

Il était une fois un chanteur qui s'appelait Louis. Louis Chédid. Quand il était plus jeune, il avait été raton laveur sur le très joli 'Emilie Jolie' de Philippe Chatel.

Depuis, l'idée lui trottait dans la tête : écrire un conte musical pour les enfants. Mais attention, pas que pour les petits enfants ! Pour les enfants moyens aussi. Et pour les enfants grands, pour les enfants immenses, pour les enfants banquiers, pour les enfants trapézistes, pour les enfants mamans, pour les enfants grands-pères, pour tous les enfants quoi.

Comme Louis n'avait pas envie de se lancer tout seul dans cette aventure, son éditrice lui a présenté Pierre-Dominique Burgaud. Tous les deux se sont mis d'accord là-dessus : c'est Louis qui écrira les musiques et Pierre-Dominique s'occupera des paroles.

C'est ainsi qu'est né le Soldat rose. Petit à petit. Des bouts de textes de Pierre-Dominique, des bouts de musiques de Louis, un début d'histoire, des débuts de chansons, des personnages qui apparaissent et disparaissent, et, au bout de quelques mois, un conte complet, quatorze chansons. L'épopée d'un petit Joseph, déçu par le monde des grands, qui se laisse enfermer dans un grand magasin pour vivre avec des jouets.



Ce conte musical poétique , affiche complet le 12 novembre, au Grand Rex à Paris. Restent le livre et le CD et sa diffusion sur France 2 pour les fêtes de fin d'année. Ce soldat oublié dans le rayon d'un grand magasin a la voix de M. Il croise celles de Shirley et Dino, le roi et la reine; d'Alain Souchon, l'homme de ménage; Francis Cabrel, le gardien de nuit et de Vanessa Paradis, la poupée fragile. Une métaphore de notre drôle de monde consumériste.

Publié dans Musique

Commenter cet article