Collecteurs d'ames au Musée des Beaux arts de RENNES

Publié le par Isabelle

La collection d'oeuvres du musée des Beaux-Arts s'est construite petit à petit.
Outre les saisies religieuses de la période révolutionnaire, elle tire la plus grande partie de ses richesses du cabinet de
Christophe-Paul de Robien, président au Parlement de Bretagne au XVIIIe siècle, et des successives acquisitions de l'Etat en sa faveur.
D'apparence solennelle et austère, le musée atténue cette atmosphère officielle par une présentation intimiste de ses collections, où les couleurs vives des murs se mêlent avec goût à la richesse de la collection, permettant un véritable parcours initiatique au visiteur et lui offrant une vision chronologique des évolutions de l'art de l'
Antiquité à nos jours.
De
Véronèse à Picasso, en passant par Rubens ou Sisley, la richesse de ce musée surprendra les visiteurs les plus avertis, laissant au public moins averti le plaisir de la découvrir.

Musée des Beaux-Arts de Rennes

 

 

En ce moment

Collecteurs d'âmes

Lieu : Musée des Beaux-Arts de Rennes - Rennes
du 06/12/2006 au 04/03/2007




Pour la première fois depuis plus de deux siècles environ 200 des 3.200 objets que comptent les collections extra-européennes du musée des
Beaux-Arts de Rennes sont présentés au public. Ces pièces proviennent des 4 continents : Afrique, Amérique, Asie, Océanie et de 18 pays différents. Bien plus que de conter l'histoire et la vie des autres, ces objets nous renvoient en même temps à nos codes culturels, à nos goûts et nos fantasmes. On découvre ainsi dans cette nouvelle relation à l'oeuvre, non seulement le puissant témoignage de la pluralité de l'art, mais aussi comment ces références culturelles occidentales ont conditionné inconsciemment le choix de ces objets par son approche inédite qui rompt avec l'approche médiatique récente des arts lointains. Cette manifestation se veut avant tout un appel à découvrir toutes les richesses ainsi qu'à vivre et à penser, autrement, l'altérité.

Publié dans Quoi de neuf à Rennes

Commenter cet article