Une algue toxique tropicale s'invite en Méditerranée

Publié le par Isabelle

Probablement favorisée par le réchauffement des mers, la propagation d'une micro-algue toxique en Méditerranée commence à inquiéter les services sanitaires français. Après avoir provoqué diverses incommodations et difficultés respiratoires en Italie et en Espagne depuis trois ans, Ostreopsis ovata s'invite à présent au large de Marseille, où elle a déjà été signalée en juillet 2006.

Dès cette année et durant toute la saison estivale, Ostreopsis ovata se trouvera au centre d'un dispositif de surveillance initié par la DGS (Direction générale de la santé) et l'institut de veille sanitaire, notamment dans les régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d'Azur ainsi que la Corse. Tous les organismes de contrôle des eaux habituellement fréquentées par les touristes et les baigneurs seront informés et invités à signaler le plus rapidement possible la présence de cette algue, tandis que l'Ifremer effectuera des comptages sur le littoral.


Ostreopsis ovata. Crédit image : Smithsonian Institution.

En Europe, les premiers incidents sont survenus en 2004 en Catalogne, plusieurs dizaines de résidents du bord de mer ayant connu des difficultés respiratoires provoquées par réaction allergique, alors qu'une année plus tôt, dans le golfe de Gênes, 200 personnes avaient été intoxiquées et une vingtaine hospitalisées. A Marseille, ce sont des plongeurs qui avaient présenté des irritations au visage après une visite dans une calanque de l'archipel du Frioul.

Ces désagréments surviennent au moment de la reproduction d'Ostreopsis. Ces micro-algues, un dinoflagellé benthique qui fait partie du phytoplancton, se détachent alors des rochers ou des autres algues sur lesquels elles se fixent habituellement pour former une masse gélatineuse qui remonte en surface et libère des millions de spores qui se répandent dans l'atmosphère.

"Lorsqu'ils entrent en contact avec la peau ou les voies respiratoires, ces fragments d'algues produisent des effets incommodants: fièvre, toux, troubles respiratoires, nausée, conjonctivite, démangeaisons. Les baigneurs autant que les personnes qui inhalent des gouttelettes transportées par le vent sont exposés", déclare Rodolphe Lemée, biologiste marin à l'observatoire océanologique de Villefranche-sur-mer (Alpes-Maritimes).

Alexis Armengaud, médecin à la Cellule interrégionale d'épidémiologie d'intervention Sud, relativise l'évènement en signalant que les symptômes, relativement bénins, disparaissent en quelques heures suite à l'application d'un traitement antihistaminique, et que le réseau de surveillance mis en place devrait réduire les risques, si nécessaire en interdisant la baignade durant certaines périodes, comme cela est déjà pratiqué en cas d'invasions de méduses.

En Italie, particulièrement en Toscane, en Sicile et sur la côte ligure, ces algues microscopiques, typiques des climats tropicaux, prolifèrent déjà depuis une dizaine d'années. Le fait que leur propagation atteint maintenant les côtes françaises n'est certainement pas étranger à l'élévation de la température moyenne de la mer provoquée par le réchauffement climatique.

Ostreopsis ovata. Crédit image : Smithsonian Institution.
Ostreopsis ovata. Crédit image : Smithsonian Institution.


Publié dans Ecologie - Nature

Commenter cet article