L'exposition Odorico - mosaïstes - aux Champs Libres de Rennes

Publié le par Isabelle

Odorico
La piscine Saint-Georges à Rennes, la Maison bleue à Angers, les Bains-douches à Laval ou la pâtisserie Gilbert à Saint-Brieuc... Décorés de somptueuses mosaïques, ces monuments Art déco honorent la mémoire colorée et scintillante de l'entreprise Odorico, installée à Rennes de 1882 à 1978.

Au jeu des spécialités régionales, tout le monde connaît les incontournables. Pour la Bretagne et dans le désordre : les crêpes bien sûr, les menhirs, les bigoudènes, le cidre… et la mosaïque. Plus précisément, les mosaïques Odorico, du nom d’une famille italienne exilée à Rennes en 1882. Pendant près d’un siècle, Théodore Odorico père et fils essaiment leurs éclatantes tesselles dans toute la région et au-delà : piscines, bureaux de poste, façades de magasins ou d’immeubles. Encore faut-il connaître les bâtiments dont on doit pousser les portes. L’exposition ‘Odorico’ des Champs libres, musée de Bretagne, révèle sa collection d’archives de l’entreprise pour compléter le portrait de cette famille de mosaïstes passionnés et visionnaires.

 Les centaines de croquis des deux générations, traduisent, dans leurs arabesques minutieuses et colorées, l’engouement sans limite pour le style Art déco. Et le savoir-faire d’artisans hors pair pour satisfaire une clientèle de riches industriels. Au-delà de la finesse du dessin, de la variété des couleurs et des motifs et de la magnificence des mosaïques, c'est aussi la scénographie très bien pensée de cette exposition inédite qui lui donne toute son ampleur. Le parcours chronologique alterne les supports, ludiques, spectaculaires ou pédagogiques : des cartes lumineuses, de petits films, de la musique, la reconstitution d'un atelier ou le spectacle de mosaïstes au travail, tandis qu’une très belle mise en lumière et en espace vient souligner les mosaïques murales.

Le parcours de l'exposition retrace l'épopée économique et artistique de la famille Odorico, immigrés italiens du Frioul fuyant leur pays en crise à la fin du XIXe siècle. La première génération y développe un mode de production de mosaïque à grande échelle, fondée sur un procédé original, la pose par inversion. Après la Grande Guerre, la seconde génération élève la mosaïque artisanale au rang d'oeuvre d'art, symbole chatoyant de l'Art déco. Croisant le récit intime d'une famille et la construction publique d'un riche patrimoine culturel, l'exposition présente dans un même mouvement l'histoire des hommes, des savoir-faire et des réalisations.

 Une exposition proprement divertissante qui ne sacrifie rien au contenu, sérieusement documenté par un comité scientifique passionné. La tête pleine de myriades de petits carrés étincelants, on se laisse ensuite porter de façades en porches dans les rues rennaises, juste pour le plaisir de marcher sur un tel travail d'orfèvre.

En savoir plus :
De 3 à 5 euros, gratuit pour les moins de 8 ans - Du mardi au vendredi de 12h à 19h, jusqu'à 21h le mardi, le week-end de 14h à 19h - Les Champs libres, cours des Alliés, 35000 Rennes - Renseignements : 02.23.40.66.00

Publié dans Quoi de neuf à Rennes

Commenter cet article